Note sur la relance des foires et congrès nationaux et régionaux

Note sur la relance des foires et congrès nationaux et régionaux

Suite à la récente mise à jour des mesures gouvernementales liées au coronavirus et à la perspective de relance progressive, nous, Febelux - Fédération professionnelle du secteur de la Live Communication - écrivons cette note. L’objectif ici est de réfléchir de manière proactive au sujet d’une approche possible pour la relance des foires et congrès nationaux et régionaux.

Avec près de 77.000 événements par an en Belgique, le secteur événementiel peut être considéré comme un secteur actif et travailleur. Une récente étude de Febelux  atteste qu’environ 80.000 personnes sont employées dans les plus de 500 entreprises du secteur des Foires et Congrès. La plupart de celles-ci étant des PME.

Une étude réalisée en collaboration avec la Haute Ecole Karel de Grote estime que les pertes sont déjà de 50% par rapport à 2019. Un rapide sondage nous apprend que les pertes, suite à la non-organisation des foires et congrès jusque fin juin, sont déjà importantes. La perte totale du secteur des foires et congrès entre début mars et fin juin s’élève déjà maintenant à 110.000.000€ !

Grâce, en partie, aux mesures de soutien déjà communiquées, la plupart des entreprises de notre secteur seront en mesure de surmonter ces mois difficiles. Il en irait toutefois autrement si cette période venait à être prolongée. L’automne sera décisif pour la pérennité du secteur belge des foires et congrès.

Un nouveau sondage auprès de membres de premier plan de Febulux – EasyFairs, Brussels Expo, Fisa/Batibouw, Kortrijk Expo, WEX (Marche-en-Famenne) et Conceptexpo démontre que la perte totale s’élèvera à 300.000.000€, ce qui entrainera la faillite de tout un secteur et la perte d’emploi de 80.000 personnes. 

Les entreprises issues du secteur pyramidal de l’organisation des foires et congrès ne sont pas les seules à avoir un intérêt pour une reprise rapide. Beaucoup d’autres parties les rejoignent : les exposants de diverses industries qui font jusqu’à 40% de leur chiffre d’affaires annuel sur les foires et congrès, ainsi que les hôtels, les services de taxi, les restaurants… Si les foires et congrès ne sont pas organisés à partir de l’automne, les conséquences seraient également désastreuses pour ces secteurs !

La santé publique est primordiale. Dans cette optique, le secteur des organisateurs de salons et des lieux destinées à l’événementiel ont réfléchi afin de parvenir à des propositions susceptibles de garantir l’organisation des foires et congrès en toute sécurité. Nous tenons absolument à éviter les amalgames. Un salon ou un congrès, n’est pas un événement de masse de type Festival ou match de Football ! Nos flux de visiteurs sont nettement plus comparables à ceux d’un Shopping Center, de grandes surfaces, de magasins de bricolage ou de jardineries. Comme ces derniers, les foires et congrès peuvent apporter suffisamment des garanties de sécurité pour pouvoir rouvrir !

Ci-dessous, quelques-unes des mesures que nous proposons spontanément, en tant que secteur :

  • Le respect systématique et le contrôle, à tous les niveaux, des mesures de distanciations sociales.
  • Une limitation des visiteurs, basée sur la surface (m² brute) du lieu de l’événement (comme dans les commerces de distribution).
  • Un accès uniquement sur base d’un enregistrement préalable. Les tickets peuvent être attribués selon des créneaux horaires.
  • Entrées et sorties séparées.
  • Un scan, via des portiques, de la température des visiteurs à l’entrée du hall d’exposition.
  • Masques buccaux, gel désinfectant, gants à la disposition des visiteurs.
  • Obliger l’utilisation des masques pour le personnel, et l’encourager pour les visiteurs.
  • Organiser des allées avec un trafic à sens unique.
  • Prévoir autant de solutions digitales que possible en ce qui concerne l’échange de cartes de visites ou de documentation. 
  • Désinfection très fréquente des poignées de porte, des comptoirs, toilettes, …
  • Réaliser une analyse des risques spécifique par événement.
  • Etablir un plan d’action dans le cas où, par exemple, quelqu’un fait de la température.
  • N’autoriser que les paiements par carte, pas d’espèces.
  • N’autoriser que le catering via des aliments et des boissons préemballés.

Le secteur comprendra s’il est décidé de relancer les foires internationales plus tard que les foires nationales. Mais nous espérons, avec ces éléments, aider les responsables, politiciens, et scientifiques dans la prise d’une décision correcte dans le cadre d’une relance en plusieurs étapes de l’économie et de notre industrie en particulier. Nous demandons, déjà pour cet automne, de pouvoir organiser les foires et congrès nationaux et régionaux, et ce bien sûr, sous de strictes conditions.

Pour de plus amples informations, contactez notre secrétariat permanent : Ann Pelgrims, Association Manager Febelux au +32 484 05 66 88 ou via ann@febelux.com. Ou auprès de notre porte-parole temporaire sur ce dossier : Frédéric François, Fisa/Batibouw, au 0476/502.690 ou via f.francois@fisa.be

Kirsten Van Pee Team Manager, Two cents

 

A propos de Febelux

Febelux est l’association qui défend les intérêts des professionnels de la Live Communication. Febelux a pour but de promouvoir le secteur national et international des salons, événements et congrès en Belgique et au Luxembourg et de défendre les intérêts communs de ses membres. En outre, Febelux informe non seulement ses membres, mais également les instances gouvernementales et le monde politique des préoccupations du média salons, événements et congrès. Febelux veut aussi faciliter les rencontres entre ses membres et stimuler le contact entre ceux-ci.

Febelux
Belgiëplein 1
1020 Brussel
België